LE BUREAU MUNICIPAL A L’ERE DE F.CHEREAU

Force est de constater, à l’issue de près de 3 ans ½ d’exercice, que la communication constructive fait largement défaut au sein du B.M.

En effet, au-delà de données factuelles, le B.M. se réduit à la prise de « sous décisions ».    

Les positionnements à prendre – en lien avec une posture politique et, de plus, annoncée pendant la campagne comme devant être de gauche – ne sont pas énoncés et encore moins actés.

Un manager pilote l’organisation, un leader conduit le changement !

Le fonctionnement d’un B.M. nous semble devoir reposer, non pas sur une « paupérisation » de l’information mais sur une réelle mise au travail collective d’un groupe bénéficiant d’une authentique régulation et n’offrant pas une tribune aux ego surdimensionnés de quelques uns !

Aujourd’hui, il se réduit à une simple interrogation de chacun dont il n’est pas nécessairement tenu compte puisqu’au-delà des « décisions » prises en B.M., d’autres sont retenues.

Le cloisonnement des différentes délégations ne permet pas toujours un réel recours à la transversalité, chacun des membres du B.M. (qui n’est en rien une équipe) ne disposant pas de la même information ou devant se contenter de non dits !

La presse locale nous apprend bien trop souvent ce que nous aurions aimé connaître et discuter en amont.

La présence partielle du D.G.S. en B.M. est apparue telle une nécessité (déjà énoncée par plusieurs d’entre nous en B.M. auprès du Chef de Cabinet) mais toujours aucun retour à ce jour…

Progressivement mais non moins rapidement, le contenu du B.M. s’est modifié au profit d’un échange autour des éléments discutés avec les services et ce, dans une inversion des prérogatives de chacun, élus et techniciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *