ILS ÉTAIENT VINGT ET CENT, ILS ÉTAIENT DES MILLIERS …

image

Marquée de diverses empreintes, la figure du Migrant, fréquemment rejetée pour sa supposée inaptitude à  » s’assimiler  » ou  à  » s’intégrer  » à la société d’accueil, pour sa supposée volonté de prendre la place de l’Autre (et ce, au point de le percevoir tel un rival) poursuit esprits et fantasmes.

Celles-ci trouvent d’autant plus d’échos que, propulsées par certaines classes politiques et médias, elles trouvent toujours à être homologuées par telle ou telle expérience de tout un chacun.

Le  » migrant abusif « , le  » faux demandeur d’asile « , le  » Rom voleur « ,  » l’ arabe fondamentaliste  » et, dans les guichets des services de l’état, qui n’a pas sa petite confirmation à apporter à de tels clichés ?

Et ne parlons pas des descendances d’immigrés, curieusement nommées  » 2ème géhération  » comme si la condition d’immigré ėtait héréditaire !

Le terme  » demandeur » ( de visa, d’asile) fédère bien des désordres psychiques par le fait même qu’il le met en permanence dans un étau par rapport aux autorités, entre suspicion et dépendance infantilisante.

Tout cela procède d’un mode de pensée qui est la souche de bien des ISMES comme racisme, misérabilisme, sexisme, culturalisme …

Cette manière de voir autrui a, en partage, quelques travers cognitifs parmi lesquels la conjecture, la généralisation, l’exagération, le dénigrement coiffés, ensemble, par le complexe de supériorité de celui qui les énoncé.

La chute du Mur de Berlin en 1989 sera paradoxalement à l’origine d’une multiplication de murs au marge de l’Europe comme aux États Unis et ce, sous différentes formes, matérielles ou virtuelles.

Au quotidien, il est confronté au poids omniprésent de la menace qui pèse sur ses droits à circuler, à séjourner, à demander protection, à vivre en paix en famille.

Les titres de séjour seront-ils accordés? renouvelés ? ôtés ?

L’Épée de Damocles plane, en vertu d’une suspicion de tout instant tandis que l’arbitraire des autoritės infantilise le requėrant au point, parfois, de le dissuader de requérir.

La prėcarité juridique, économique et sociale ( travail, logement, santé, scolarité) qui en dėcoule est là avec les bien connus cercles vicieux comme l’impossibilité d’ouvrir un compte…

Les constantes situations de dépréciation, d’humiliation et d’écrasement que cela crėe avec le piëge, par un ėtrange mais fréquent effet performatif, de se faire reprocher ses renoncements.

Nous assistons à la fragilisation de personnes comme à leur déstabilisation constante pesant sur eux.

L’inconnu comme l’incertitude du projet fait que le migrant, une fois arrivé, se sent dans une situation de détresse, d’insécurité et d’inhibition et ce, même s’il a, initialement, idéalisé le pays d’accueil, éventuellement magnifié ses qualités et sous estimé le pays abandonné !

L’expérience de la migration affecte 3 liens d’intégration d’une identité: le lien à l’espace (géographique), le lien au temps (se percevoir dans la continuité de l’être) et le lien à la société (le sentiment d’appartenance à un groupe).

Comme tout un chacun, existent, pour lui, une nécessité de liberté, une joie de l’obtenir mais également une tristesse quand il en mesure le coût. C’est la violence comme la mort qui l’a conduit au départ, en laissant derrière lui, des disparus sans sépulture qui le hantent.

Pour l’adolescent qu’il est, le monde extérieur à abdiqué toute promesse structurante, a bafoué les interdits.

A la lutte contre un risque migratoire imaginaire, fait pendant une prise de risque, réelle celle-là et accrue par le candidat au voyage. Plus les frontières se ferment, plus les migrants empruntent des voies dangereuses.

Parallèlement, on assiste au renforcement du rôle des intermédiaires souvent désignés à la vindicte publique comme   » passeurs « . On voit, partout, une floraison de médiateurs qui pillent les épargnes et les renvoient à la case départ.

Qu’est-ce qui se transmet dans le silence bruyant, dans les chuchotements, dans les récits étouffés, dans les témoignages partagés, dans les murmures déchirés qui tiennent lieu de berceuses pour les enfants des exilés, des expulsés, des exclus ?

L’Histoire qu’ils vont dorénavant écrire, est enrayée par un présent immuable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *