MÉMOIRE OUVRIÈRE A LA CLOCHETTE

Dès sa mise en place, le Conseil de Quartier de La Clochette  avait souhaité travailler autour de la mémoire minière de son quartier.

Avant acceptation du projet, une 1ère étape mémorielle a porté sur les  » retrouvailles  » des anciens élèves de l’école Gounod, ex  école Gayant… Pour les quelques 200 participants, outre la joie de se retrouver, de partager des souvenirs d’enfance, l’évocation de  » la vie à La CLochette en ce temps-là  » fut trés intéressante.

L’école, en effet, a été en effet le creuset républicain pour tous les enfants  de La Clochette, le lieu de rencontre de leurs parents, issus de nationalités très différentes : de 1958 à 1998 : 6 ou 7, en proportion différente selon l’époque : de majoritairement d’origine polonaise au début à majoritairement marocaine à la fin.

Différentes nationalités certes mais même classe sociale : mineurs évidemment puisque la Clochette a été créée pour héberger et fournir la main d’œuvre de Notre Dame ( en 1961 : 89 %)  mais également beaucoup de petits métiers ouvriers et artisans (soudeur, grutier, manœuvre, Cordier, marinier, maçon, chaudronnier, cuisinier, magasinier…).

Même classe sociale, celle qui produit les richesses, qui a participé au relèvement de l’économie de la France, c’est aussi une population qui a de faibles ressources : en 1987, 95% des enfants entrant en 6ème sont boursiers…

Quelques mots encore pour souligner l’intérêt du projet mais aussi sa difficulté… ressentie tant dans le conseil de quàrtier que che les habitants.

Comment, de l’extérieur, entrer dans l’initimité d’une vie – qui fut toujours difficile et souvent dramatique, même pour les enfants et petits enfants?… Une dame a pleuré juste à l’évocation  du projet.

Parllelement, il existe des témoins heureux de se confier, pour partager des souvenirs plus ou moins enfouis, pour retrouver la fierté des travailleurs … de l’ombre… avec tous les obstacles liés au logement, à la santé, à la discrimination. Certains se sont battus pour les conditions de vie et de travail de la corporation, pour leur dignité… Ce combat continue pour certains.

19 ans aprés la fermeture du dernier puits dans le Nord Pas de Calais, les mineurs de Notre Dame doivent trouver leur place dans la mémoire collective de La Clochette.

Honorés de pouvoir s’inscrire dans ce projet, pour cette histoire qui suscite à la fois émotion et admiration mais il est indispensable de respecter humilité et humanité pour y travailler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *