LES COMMÉMORATIONS SE MULTIPLIENT …

photo 2

     Nous ne pouvons que constater un temps de remémorations massives largement médiatisées qui apparaissent susceptibles de ne pas toujours favoriser le travail de deuil, de ponctuellement dévaloriser l’oubli et le pardon.

      Mais, prenant acte de l’intérêt qu’elles suscitent, le « devoir de mémoire » semble avoir pris une densité sociale apparaissant proportionnée aux hantises du présent autant qu’à la vivacité d’un passé qui ne « passerait pas  ».

      Aujourd’hui, nous assistons au vieillissement des derniers témoins directs intéressés au premier chef, à l’entrée en lice de leurs descendants et de leurs proches, à l’activisme des médias qui croient compenser ainsi la recrudescence d’un présent qu’ils actualisent inlassablement, à une crise des valeurs qui bouche l’avenir, à des mutations technologiques et sociales qui décrochent culturellement le train des générations, à une recherche par les Anciens Combattants d’un relais civique chez les jeunes à l’heure où ceux-ci ne sont plus conviés massivement au Service national, au souci des pouvoirs publics de rafraîchir en urgence la citoyenneté…

      Tout s’est mêlé pour faire, de ce « devoir », une occasion favorable, une évidence à bon compte, un substitut à la mise en perspective, un recours contre les désaveux, les pannes et les ruses de l’histoire présente,

      soit une sorte de quasi-historicité à l’heure où l’individualisme, l’instantanéité et la mondialisation semblaient l’emporter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *