LA PERSISTANCE DE LA MEMOIRE – SALVADOR DALI (1931)

Les souvenirs, à l’image de ces montres, se déforment pour devenir des choses molles, malléables où le temps ne compte plus.

En 1935, Maxime GORKI lance une idée, une demande à tous les écrivains du monde, à savoir décrire un jour, le même jour dans l’année, le 27 septembre…

Le résultat, je l’ignore mais cette sollicitation me conduit à une certaine réflexion sur le Temps tel que vécu, tel que restitué.

Comment le temps résonne en / pour chacun d’entre nous ?

Résonne comme sonne une pendule qui marque la succession des heures ?

Ce sont les années qui sonnent au cours des pages, les unes après les autres. Sonnent des coups qui, à la différence de ceux des horloges, n’ont ni le même son, ni peut-être le même rythme, mais sonnent pour avertir que, selon les découpes communément admises, le temps a passé, un certain temps, un temps qui compte la vie, les vies, de soi-même et des autres, un temps auquel nul n’échappe.

Il y a du même et de l’autre dans ce temps-là : le même des 365 jours commençant et finissant répétitivement, l’autre du changement des êtres et des choses au fur et à mesure que passent les années.

Il y a aussi un manque : le manque de tout ce qui arrive pendant les autres 364 jours de l’année, lesquels ne figurent qu’à travers des allusions : les relations qu’ils ont, ces jours-là, avec le 27 septembre sur lequel ils ont choisi de discourir…

Mais aussi lecture stimulante, qui apprend à retenir dans l’innombrable des événements rapportés, grands et petits, le battement régulier de vie à travers préoccupations, soucis, joies – une durée personnelle à travers le foisonnement général.

Tout moment vécu a sa valeur, une valeur absolue, en quelque sorte, qui lui vient, non de son apparente importance, de son indexation en bon ou mauvais, en fort ou faible, mais du fait qu’il appartient à la vie, qu’il la manifeste, qu’il en témoigne.

Et que tout moment, même le plus ordinaire, possède un « potentiel narratif » !

Alors à vos plumes ou claviers si vous le souhaitez… pour vous même… pour les autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *