EN CE VENDREDI 11 AOÛT 1944…

En ce vendredi 11 août 1944,

Récit sommaire d’une jeune enfant de 8 ans (née avec l’avènement des 1ers Congés Payés après la victoire électorale du Front Populaire) … aujourd’hui âgée de 83 ans et qui sera présente lors de la Cérémonie Commémorative de ce 11 août 2019

Mon grand-père maternel Henri était parti travailler, comme habituellement, dans les bureaux de la Gare de Douai en tant qu’employé principal à la S.N.C.F , ayant quitté le 26 de la rue François Cuvelle (logement dans les combles duquel il écoutait Radio Londres) où il vivait avec son épouse et ses 2 filles.

Il emmenait régulièrement sa fille aînée Eliane sur son vélo, un cousin posé sur le porte bagage et c’est l’aventure … jusqu’aux cours de ferme.

Il lui donnait des « concerts » particuliers avec sa clarinette (membre de l’Harmonie de la S.N.C.F. après avois intégré, le temps de son service national, la Musique du 43ème Régiment d’Infanterie de Lille).

Sa fille aînée – 8 ans – était partie, avec une amie de sa mère, rendre visite à un couple (le mari enseignant aux Beaux Arts, l’épouse infirmière à la Croix Rouge), sa fille cadette Solange passait la journée chez ses grands-paternels sur Sin-le-Noble et son épouse secondait ses parents, gérants de la Coopérative dite du Clocher Saint Pierre.

Jusqu’à ce 11 août 1944, côtoyant, dans le cadre de son activité professionnelle, des allemands, Henri était prévenu des attaques à venir.

Il avait toujours pensé que, si le destin de sa famille était de mourir, autant que ce soit tous ensemble !

Ce jour-là, chacun était séparé…

16 Heures : l’alerte est donnée, la sirène retentit.

Le couple qui recevait Eliane, propose de rejoindre leur cave mais, la rue du Gouvernement étant peu éloigné de la rue du Clocher Saint Pierre, décision est prise de rejoindre la Coopérative.

Arrivées à la hauteur du Palais de Justice, elles ne peuvent poursuivre leur chemin et sont dirigées, avec d’autres, vers la Cellule de Vidocq (jamais revisitée depuis).

La peur d’Eliane est alors, du haut de ses 8 ans, non de mourir sous les bombes mais de chuter dans la Scarpe, ne sachant pas nager…

S’en suivent de longues minutes, beaucoup trop longues… le temps est comme suspendu.

Le fléau tombe du ciel ! Le bruit assourdissant des bombes est incessant !

Eliane se souvient des sons et, dans un 2nd temps, de la perception de morceaux de verre qui tombent à sa droite, à sa gauche., devant elle, derrière…

Le « spectacle » n’est que désolation, c’est une scène de chaos, de cataclysme physique et psychologique.

La torpeur la pétrifie mais le besoin de retrouver les siens l’emporte

Les bombes alliées (qui, en l’année 1944, furent parmi les plus violentes au cours de cette 2nde guerre mondiale), les attaques stratégiques visant les gares et noeuds ferroviaires (conçues par Solly ZUCKERMAN et connues sous le terme de Transportation Plan) sont multiples.

Ces attaques ont été longtemps occultées par la mémoire nationale.

DE GAULLE n’a jamais tenu rigueur aux alliés des destructions et pertes opérées, les considérant comme fatalement consubstantielles à la libération.

CHURCHILL est revenu, quant à lui, sur ce qu’il considérait comme un échec avec l’honnêteté historique le caractérisant

Plus de 250 tués (dont mon grand-père mort à l’âge de 36 ans et dont le corps a été retrouvé dans l’escalier menant aux caves de la Gare de Douai), de 150 blessés et 3600 maisons rasées

Combien de familles amputées de l’un des leurs ?

Une obligation de survie, au mieux de résilience pour ceux qui leur ont survécu

Que reste-t-il  d’eux au-delà d’un pan de façade de la gare de Douai sur lequel figurent les noms des cheminots, victimes civiles… qui se retrouvent également inscrits dans la Chapelle de la Mairie… ? d’un square nouvellement rebaptisé ?

Comme GOETHE l’a écrit dans FAUST, « ce que tu as hérité de tes parents, acquiers le pour le posséder ».

L’héritage n’est pas qu’un fait passif mais comporte une composante active bien plus essentielle !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *