DU RAPPORT ENTRE LES MOTS DES CANDIDATS ET LES MAUX DE LA SOCIETE

 

BOURDIEU s’étonnait que « l’ordre établi avec ses rapports de domination, ses droits et ses passe droits, ses privilèges et ses injustices » n’incite pas à plus de transgressions mais, aujourd’hui, nombreux sont ceux qui réagissent.

Corinne BECOURT et Gautier DUCOS du P.C.F. de Saint Quentin, candidats aux Départementales, le clament haut et fort « Résister et Riposter »

Fort est de constater qu’aujourd’hui, un consentement aveugle des gouvernés apparaît de moins en moins accordé aux gouvernants.

Mon quotidien professionnel me conduit à découvrir que, ce qui est dit pendant les consultations, à l’échelle de l’intime et de l’individuel devient une réalité sociale collective.

Dès lors, comment être le porte parole de citoyens de plus en plus concernés, qui ne veulent plus faire de concession sur leur ardent besoin d’être entendus et de pouvoir participer à l’organisation de leur vie ?

Comment expliquer que la jeunesse se sent délaissée, vide de projets mais avide de rêves avec le sentiment de n’être qu’une variable d’ajustement ?

Comment accompagner le calvaire des familles dont un enfant, un membre est en souffrance ?

Comment répondre aux besoins d’une santé pour chacun ? …

Tous ces dysfonctionnements sociaux se traduisent par des blessures psychiques !

Le discours économique s’uniformise – libéralisme oblige – et nous avons soif d’entendre parler d’humain alors que nous passons tous par des remises en question identitaires et sociales bouleversantes.

Un tel changement ne pourra se faire qu’avec la participation de ceux qui souhaitent corriger les dérèglements qui bousculent leurs vies.

Les hommes et femmes qui s’en sortent sont ceux et celles qui cherchent à devenir les acteurs de leur existence

Comme a pu l’écrire SENEQUE, «  la vie n’est elle pas une pièce de théâtre. ? Ce qui compte, ce n’est pas qu’elle dure mais qu’elle soit bien jouée ».

En cette période de campagne électorale, certains s’étonnent de la richesse des échanges lors des portes à portes alors que certains d’entre eux sont élus !!!

Quel intérêt véritable portent-ils à leurs concitoyens  hors cette période ?

Il faudra être particulièrement attentif au hiatus entre les promesses de campagne (marquées par des préoccupations soudaines et susceptibles d’être éphémères) et la réalité du mandat.

Préoccupations pour les personnes porteuses de handicap physique, psychique, social mais quels jeux inclusifs prévus pour les enfants dans les espaces dédiés ?

Préoccupations pour l’Hôpital Public alors même qu’e le Président du Conseil de Surveillance du C.H. De Dechy, ne s’est pas opposé à la fermeture de lits !

Préoccupations pour des projets pharaoniques comme les 10 Millions investis pour le Temple de la Pétanque !

Préoccupations pour Amazon et ses emplois non qualifiés, dépourvus de toute dimension sociale : est-ce là la vision de l’emploi industrialisé dans notre département ?

Arrêtez de chercher à nous endormir svp ! Respectez-nous enfin !

L’électeur de ces 20 et 27 juin prochain, va-t-il exprimer sincèrement son idéal (de vie) ou choisir son bulletin en fonction de considérations stratégiques ? Va-t-il voter pour ou contre un candidat (quitte à effectuer un grand écart sur 2 cantons si proches) ? un parti politique ?

Va-t-il pratiquer une navigation à vue ou de façon partisane  ou, hélas, s’abstenir…

En cherchant à déligitimer un adversaire, le candidat construit une opposition qui prend la forme d’un duel et qui relègue les autres candidats à un rôle de figurant réel ou tapi dans l’ombre et combien dangereux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *