DANS LA VIOLENCE DE LA GUERRE, LES ENFANTS SONT ÉGAUX

gaza3

Regardez ces enfants en état de stress permanent, réveillés par le fracas des bombes au milieu des blessés et mourants, des morts… qui vivent au milieu des ruines qui ne leur rappellent que trop les férocités de la guerre et qui survivent dans des conditions qui auront, inévitablement, des répercussions immédiates comme lointaines sur leur parcours de vie!
N’existe plus, dans leurs yeux hier si rieurs, la plus petite lueur d’insouciance ou de cette pathétique espiéglerie
‘Leur préoccupation première est de développer des capacités de survie.
Ils demeurent constamment en alerte face à une possible atteinte à leur intégrité physique comme à celle de ceux dont ils dépendent, face à un danger vital et au prix de toute une série de pertes affectives comme matérielles.
Les tirs ont tué ceux qu’ils connaissaient, aimaient mais aussi leur avenir, les forçant à devenir adultes avant l’heure.
N’oublions pas ce qui est convenu d’appeler « le syndrome du survivant » qui se manifeste par des cauchemars récurrents, un sentiment de terreur intense et d’abandon, une irritabilité…
Cette expérience ô combien dramatique et traumatique affectera leurs capacités physiques comme psychiques, leurs attitudes politiques ultérieures.
Leurs blessures ne sont pas seulement de l’ordre de la douleur puisque c’est l’identité même de l’enfant qui en est l’enjeu.
Comment demeurer insensible face à cette nouvelle génération déjà écrasée sous le poids d’une enfance dramatique? marquée par des blessures psychiques irréversibles?
Notre impuissance à empêcher leur souffrance devient un renoncement insupportable

Mobilisons nous !

Une réflexion au sujet de « DANS LA VIOLENCE DE LA GUERRE, LES ENFANTS SONT ÉGAUX »

  1. CARPETIER MONIQUE

    On ne peut qu’être touché par ces regards d’enfants apeurés qui scrutent…. au cas où ? ….. tous ces enfants qui grandissent trop vite, marqués à jamais par toutes ces horreurs, comment se reconstruire après avoir assisté à tant de massacres ? tous ces enfants à qui l’on interdit de vivre une enfance faite d’insouciance, une enfance normale en fait ! Toutes ces enfants innocents partis trop tôt, victimes de la haine, toutes ces familles décimées ! Halte à la violence et à la haine !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *