CONSEIL MUNICIPAL DE DECEMBRE 2017

image

En présence d’une assemblée exceptionnellement nombreuse, constituée quasi exclusivement des Chefs de Service de la Mairie de Douai – n’ayant pas, selon F.CHEREAU, répondu à une quelconque injonction ! – a été abordée la question du R.i.F.S.E.E.P.

Soit un sigle qui recouvre le Régime indemnitaire prenant en compte Fonction, Sujétion, Expertise et Engagement Professionnel et repose sur de trop nombreuses données subjectives pour établir le montant de la rémunération.

L’influence de l’idéologie néolibérale ( qui associe une théorie économique, une idéologie politique, une philosophie des politiques publiques et un imaginaire social)  sur cette  » méritocratie  » est évidente.

Le danger – bien réel – émane du fait que le mérite est un entremêlement de composantes innées et acquises, pas toujours défini par l’effort ou le labeur, parfois pensé à partir de l’idée du talent, peu soucieux de connaître les origines des qualités qu’elles valorisent.

Dès lors, les statuts professionnels comme sociaux seront fonction du mérite des uns et des autres, ce qui est massivement modélisé par les élites pour justifier l’ordre social établi.

Comme dans la société actuelle, va-t-on culpabiliser les plus fragiles, les salaires les plus bas ( notamment les catégories C ) puis justifier cet état de fait en s’appuyant sur la notion de mérite des salaires déjà les plus élevés ?

Pourquoi penser argent et non formation?

Alors que la solidarité est indispensable dans le monde du travail, nous assistons à la mise en concurrence, cette  » vertu européenne ».

N’oublions jamais que l’équité exige, avant tout, que les conditions financières ne prennent pas le pas sur la dignité humaine

Au-delà de notre intervention au C.M., nous resterons vigilants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *