Archives mensuelles : juin 2015

La C.A.F. de Douai fermée au public : assez d’austérité pour les Familles !

CAF

Les Caisses d’Allocations familiales du Nord indiquent la fermeture des caisses au public. Celle de Douai l’est dès aujourd’hui, 16 juin 2015. Le retard dans le traitement des dossiers est fourni comme prétexte. Il est à noter que depuis plusieurs mois les organisations syndicales du personnel, notamment la CGT, alertent sur une situation catastrophique qui conduit à cette défaillance grave d’un service public auquel la population est attachée. Ce n’est guère admissible au moment où les familles ont de nombreux dossiers à mener.

 

Cette défaillance est l’un des éléments du recul imposé par le gouvernement à la protection sociale dans sa branche familles. Il suffit d’observer la politique en matière d’aide aux vacances de l’enfance et la jeunesse pour constater les dégâts. Elle est un des éléments de la politique de recul de la protection sociale et de santé menée par les Ministres Touraine et Rossignol, que l’on retrouve à la CARSAT ou dans les hôpitaux. Ainsi pour celui de Douai/Dechy.

 

Au moment où se célèbre le 60éme anniversaire de la Sécu, et de l’œuvre du Ministre communiste Ambroise Croisat, l’heure est à la lutte contre cette politique sous contrainte des exigences européennes d’austérité pour la Sécu, voulue et organisée par Valls et Hollande. Après le rassemblement devant la CARSAT le 1er juin, la section de Douai appelle à poursuivre l’action aux côtés des hospitaliers le jeudi 25 juin. Elle s’adresse à la direction de la CAF afin qu’il soit mis fin à cette politique ruineuse pour les familles.

 

Parti Communiste Français – Section de Douai 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Loi du Marché

IMG_0319

Stéphane BRIZE regarde la vie d’un homme qui a donné son corps, son temps et son énergie, pendant 25 ans, à une entreprise avant d’être mis sur la touche parce que des patrons ont décidé d’aller fabriquer le même produit dans un autre pays à la main d’oeuvre moins chère.

Cet homme n’est pas mis dehors parce qu’il fait mal son travail; il est mis dehors parce que des gens veulent  gagner plus d’argent!

Il est la conséquence mécanique de l’enrichissement de quelques actionnaires invisibles; il est un visage sur les chiffres du chômage que l’on entend tous les jours aux informations.

C’est parfois juste une brève de 2 lignes mais cela cache des drames absolus…

C’est un homme normal dans une situation brutale: le chômage durant plus de 20 mois après la fermeture de son usine et l’obligation d’accepter à peu près n’importe quel travail!

Et quand ce travail place l’individu face à une situation moralement ingérable, que peut-il faire? Rester et devenir le complice d’un système inique ou partir et retrouver la précarité?

La question du film est la place d’un homme dans un système où, si l’entreprise se comporte comme une dictature qui possède l’arme nucléaire, alors l’employé devient ni plus ni moins que de la chair à canon…

Faisons face à la brutalité des mécanismes et des échanges qui régissent notre monde en confrontant l’humanité d’un individu en situation de précarité à la violence de notre société